Pourquoi adhérer ?

Adhérez, pour ne pas être seul !

Etre adhérent à la CFDT permet :
- de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS (Caisse Nationale d'Action Syndicale) CFDT,
- d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

Adhérez, pour être plus forts au niveau national !

Les actions de lobbying sont essentiellement réalisées grâce à l’intervention de la CFDT, sur le plan local et national, fédéral et confédéral.
C’est grâce au soutien des adhérents que nous obtenons une écoute de leur part. Adhérer, c’est soutenir les actions menées et nous permettre de peser dans le débat social auprès de l’Etat et dans le secteur pour pérenniser l’avenir de MLP !

Adhérez pour être plus forts face aux employeurs !

En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.
C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés quelles que soient leur profession, leur situation.

Plus les adhérents sont nombreux, plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat et sera entendue et légitime face aux employeurs.

Etre adhérent : des préjugés bousculés ...

Se syndiquer c’est prendre des risques pour sa carrière.

L’origine de cette idée :

Les salariés ne savent pas comment fonctionne une organisation syndicale et s’imaginent que la liste des adhérents est plus ou moins connue par l’employeur.

Ils imaginent aussi que si le patron l’apprend, il va en vouloir au salarié.

Le pourquoi :

Il y a d’un côté une appréhension fondée sur une crainte légitime.

Le syndicalisme étant perçu comme une forme d’opposition à l’employeur, l’adhésion à une structure qui s’oppose pourrait être perçue comme un acte d’opposition et donc comme une mise en danger.

Le syndicalisme, bien que droit constitutionnel, est encore l’objet de répression dans de nombreuses entreprises.

D’autre part l’image du mouvement ouvrier est associée à des actes de violence et les médias ne ratent pas l’occasion de se faire le relais de cas de discrimination à l’encontre de syndicalistes.

Ce qu’il faut en retenir :

Le fichier des adhérents est confidentiel (seul un juge pourrait le consulter - sous conditions).

L’affirmation de l’appartenance à la CFDT est de la seule responsabilité de l’adhérent lui-même. Il arrive même que deux adhérents d’un même service ne savent pas que l’un et l’autre font partie de la CFDT.

Par ailleurs, lorsqu’un adhérent souhaite une confidentialité maximale, les informations syndicales lui sont envoyées à son domicile ou sur sa messagerie personnelle.

Au delà des situations très rares mais très réelles de discrimination, voire de harcèlement qu’il ne faut pas hésiter à porter devant la justice (a voir avec le Syndicat), l’appartenance à la CFDT est plutôt une protection qu’un risque.

Lorsque l’employeur voit un salarié faire valoir ses droits et être défendu par une Organisation Syndicale réputée comme constructive et tenace, il n’a aucun intérêt à devenir « revanchard ».

Etre adhérent à la CFDT c’est montrer son sens du collectif.

Se syndiquer ça coûte cher et ça rapporte rien

L’origine de cette idée :

Les salariés, syndiqués ou non, disent qu’adhérer coûte cher.

Ils disent aussi que ça ne rapporte pas assez.

Par ailleurs, certains hiérarchiques relayent également ce genre d’idées.

Alors payer « cher » pour « rien », c’est forcément un frein.

Le pourquoi :

En interrogeant les salariés sur ce qu’ils connaissent de la valeur d’une cotisation syndicale, on peut constater qu’ils sont peu nombreux à pouvoir le donner avec précision.

Pour ceux qui savent et qui tiennent malgré tout ce type de propos, c’est le reflet d’une confusion entre mutuelle ou société de service, et syndicalisme.

Pour la hiérarchie, c’est tout simplement le symptôme d’une volonté, le plus souvent d’entreprise, de freiner le développement des organisations syndicales et la syndicalisation.

Ce qu’il faut en retenir :

Il est important de communiquer sur ce qu’est une cotisation syndicale (le prix, la fonction, l’utilisation) pour couper court aux fantasmes et sortir de la logique consommatrice.

La cotisation à une organisation syndicale est déductible des impôts. Si le salarié est imposable, il bénéficie d’une déduction de 66% des cotisations versées dans l’année (La CFDT se bat pour que cette déduction prenne la forme d’un crédit d’impôts afin que les personnes non imposables puissent aussi en bénéficier).

Le plus important est ce que représente la cotisation. Elle n’achète rien.

C’est une contribution à la vie de l’organisation syndicale qui, en contrepartie, crée et donne des droits (conseil, formation, participation à la vie de l’organisation, défense individuelle, presse, etc …).

Cette contribution est partagée entre les structures locales, régionales et nationales afin de financer leurs actions.

Si vous êtes imposable et avez choisi le système d’abattement forfaitaire, vous bénéficiez d’une réduction d’impôts de 66% du montant des cotisations versées.

Si vous n’êtes pas imposable, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt du même montant.

Si vous avez choisi le système des frais réels, vous pouvez compter vos cotisations syndicales dans vos frais.

Les syndicats, une fois adhérent, on peut plus en sortir

L’origine de cette idée :

Les salariés qui pensent cela sont souvent des personnes qui n’ont jamais été adhérentes à une organisation syndicale ou bien qui ont ressenti des difficultés à être radiées (obligation par exemple de continuer de payer leur cotisation pendant 6 mois après avoir fait connaître leur décision).

Le pourquoi :

La première « catégorie » de personnes ne sait pas et exprime plutôt ses craintes à priori.

La seconde a soit été adhérente d’une organisation syndicale peu respectueuse des textes concernant la liberté de chacun à arrêter son adhésion « Tout membre d’un syndicat professionnel peut s’en retirer à tout instant, même en présence d’une clause contraire. (Article L2141-3 du code du travail) » ;
soit été adhérente à une organisation qui applique la seconde partie de cet article du code du travail « Le syndicat peut réclamer la cotisation correspondant aux six mois qui suivent le retrait d’adhésion. »

Ce qu’il faut en retenir :

La CFDT a choisi un système de gestion du fichier des adhérents et des cotisations qui permet un arrêt des prélèvements bancaires immédiat au moment où le Trésorier du Syndicat reçoit l’information.

La très grande majorité des Syndicats CFDT a fait le choix de ne pas demander les 6 mois de cotisations à un adhérent qui souhaite la quitter.

Quant aux quelques uns qui appliquent la règle du versement des 6 mois de cotisations après radiation, il suffirait de l’expliquer à l’adhérent radié pour éclaircir ce point.

Se syndiquer, c’est perdre sa liberté de penser

L’origine de cette idée :

La partie visible du syndicalisme ne montre pas la place laissée à l’adhérent.

Quelques fois les pratiques de certains militants ne donnent pas de place à l’adhérent.

Cela renvoie l’image de la pensée unique, du prêt-à-penser, du dogme, de l’endoctrinement.

De plus, les militants d’une même organisation portent souvent le même message, sans divergence, les manifestants scandent les mêmes slogans, etc ….

Le pourquoi :

Il faut distinguer deux éléments.

D’une part le manque de connaissances qui conduit à imaginer négativement les informations qui manquent. D’autre part, l’interprétation des faits.

Lorsqu’un militant porte une revendication ou une position, il ne le fait pas en son nom propre mais en celui de son collectif, de son organisation.

S’il est logique que les différences d’appréciation s’expriment au court du débat qui précède la prise de décision, il est établi que celles-ci s’effacent lorsque la décision est prise.

C’est un des principes du fonctionnement démocratique tel que le conçoit la CFDT.

Ce qu’il faut en retenir :

Pour combattre ce genre d’idée, le plus simple consiste à expliquer le fonctionnement de la CFDT.

Par exemple, vous pouvez inviter un sympathisant à une réunion en lui expliquant qu’il ne pourra pas prendre part au vote mais qu’il peut participer au débat.

Vous pouvez également demander au salarié qui tient ce genre de propos d’en discuter avec un adhérent.

Vous pouvez aussi, dans vos informations, faire référence aux modalités d’élaboration de vos décisions et positions.

Se syndiquer, c’est être obligé de faire grève

L’origine de cette idée :

Nombreux sont celles et ceux qui pensent que l’adhésion à une organisation syndicale comporte des devoirs, des obligations et que la grève en fait partie.

Cette idée vient de l’observation du fait que ce sont les adhérents des organisations syndicales qui sont principalement en grève lorsque celles-ci lancent un appel. Faute de plus d’information, des salariés peuvent imaginer que la grève est une obligation.

Le pourquoi :

D’une part, les salariés ne connaissent pas toujours les obligations d’un adhérent vis-à-vis de son Organisation Syndicale.

D’autre part, il parait logique que les adhérents d’une Organisation Syndicale participent à un mouvement de grève ; puisqu’en théorie, ce sont eux qui l’ont décidé.

Ce qu’il faut en retenir :

La grève est un droit individuel de chaque salarié, exercé collectivement.

Pour autant, chaque Organisation Syndicale ne la conçoit pas de la même façon.

Pour certains c’est une démonstration de force préalable à toute négociation, pour d’autres c’est le dernier recours pour obtenir gain de cause lorsque tout le reste a échoué (c’est la vision de la CFDT).

Cependant, si la grève est un droit, travailler en est un autre. S’il est logique que les grévistes tentent de convaincre les salariés de rejoindre leur mouvement, ils n’ont pas le droit d’empêcher une personne qui le souhaite de travailler.

Une organisation syndicale ne peut donc contraindre un adhérent à faire grève.

En ce qui concerne la CFDT, la seule obligation statutaire d’un adhérent est de régler ses cotisations selon les règles (la valeur mensuelle correspond à 0,75% du salaire annuel net, primes incluses, divisé par 12).

La participation à une grève reste un choix individuel.

Se syndiquer ça prend du temps

L’origine de cette idée :

Les salariés voient souvent les militants très pris par leur mandat ou leurs responsabilités. Ils entendent parler de réunion loin ou tard, de formation, etc …

Certains en déduisent que c’est aussi vrai pour les adhérents, confondant adhérents et militants.

Le pourquoi :

Le rapport entre nombre d’heures de droit syndical et quantité de travail est rarement égal à 1.

Les militants soucieux de bien faire, consacrent souvent à leur(s) mandat(s) et/ou leur(s) responsabilité(s) beaucoup plus de temps qu’ils n’en ont à leur disposition.

Par ailleurs, le syndicalisme ne se borne pas aux limites de l’entreprise. Des militants prennent des responsabilités externes à l’entreprise (donc sans droit spécifique ou très peu).

Il faut aussi intégrer le fait que les dossiers se complexifiant, les militants ont besoin d’information et de formation.

Ce qu’il faut en retenir :

Militer et adhérer sont deux choses très différentes.

Si tout adhérent a le droit de militer, ce n’est en rien une obligation mais un choix personnel qui se prépare.

L’obligation d’engagement d’un adhérent à donner de son temps est nulle.

Son engagement volontaire dépend uniquement de la conscience qu’il a de son rôle dans l’organisation.

Lorsque la CFDT organise une réunion ou une assemblée générale, elle compte sur ses adhérents pour y participer et les y invite.

À chacun de voir si le sujet l’intéresse, s’il veut prendre part au débat, faire valoir son droit à être acteur des décisions de son organisation.

Un adhérent CFDT, c'est quoi ?

Directeur de publication : Françoise Zilber,
Adresse postale
CFDT MLP
ZAC de Chesnes, 55 bd de la Noirée

38070 St Quentin Fallavier

Mentions légales et conditions générales d’utilisation
Le présent texte constitue les conditions générales d'utilisation du Site web accessible à l'adresse "http://www.mlp-cfdt.com" (ci-après dénommé le "Site").

Le Site est soumis au droit français, aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

En accédant ou en utilisant ce Site, vous êtes réputé accepter ces conditions générales et mlp-cfdt peut décider de refuser l'accès à tout ou partie du Site à tout utilisateur qui ne les respecterait pas. Vous vous engagez notamment à ne pas adresser ou transmettre des textes ou images contraires à la loi, ou susceptibles de choquer la sensibilité, notamment par un contenu haineux, pornographique, ou incitatif à des comportements du même ordre. mlp-cfdt peut prendre toute mesure, ou engager toute action qu'elle estime nécessaire au cas oú son Site serait utilisé pour diffuser des éléments de cette nature.

Mlp-cfdt a ouvert ce Site pour l'information personnelle de ses utilisateurs. Aucune exploitation commerciale même partielle des données qui y sont présentées ne pourra être effectuée sans l'accord préalable et écrit de Mlp-cfdt. Mlp-cfdt avise les utilisateurs de ce Site que les éléments de ce dernier sont protégés par la législation sur les droits d'auteur : il s’agit notamment des visuels, des articles, des séquences animées, etc. Les éléments ainsi protégés sont la propriété de Mlp-cfdt ou de tiers autorisé par Mlp-cfdt à les exploiter. A ce titre, toute reproduction, représentation, utilisation, adaptation, modification, incorporation, traduction, commercialisation, partielle ou intégrale, sans l'autorisation écrite préalable de Mlp-cfdt, est interdite, sous peine de constituer un délit de contrefaçon des droits d'auteur et/ou de dessins et/ou de marque, puni de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 € d'amende (CPI, art. L335-1s).

Données personnelles
Les informations nominatives concernant l'utilisateur sont destinées à Mlp-cfdt qui en est seul destinataire, celles-ci, que ce soit sous forme individuelle ou agrégée, ne sont jamais transmises à un tiers.
L’utilisateur est notamment informé que, conformément à l’article 27 de la loi Informatique, fichiers et libertés du 6 janvier 1978, les informations qu’il communique par le biais des formulaires d’enquêtes ou de demandes d’informations sont nécessaires pour répondre à sa demande, et sont destinées à la Mlp-cfdt, responsable du traitement à des fins de gestion des réponses ou à des fins de vous les informations ou les services que vous avez demandé (notamment : l’envoi de la Newsletter)

Il peut revenir à tout moment sur son consentement en envoyant un message à cette même adresse.

Les utilisateurs du présent Site sont tenus de respecter les dispositions de la loi relative à l'Informatique, aux fichiers et aux libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales.

Ils doivent notamment s'abstenir, s'agissant des informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée, et d'une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes.

Cookies
Mlp-cfdt peut décider, aux bonnes fins d'utilisation de son Site, de placer des « cookies » sur votre ordinateur et d'y accéder. Un cookie est un petit fichier, souvent anonyme, contenant des données, notamment un identifiant unique, transmis par le serveur d'un site web à votre navigateur et stocké sur le disque dur de votre ordinateur.

Paramétrage relatif aux cookies de votre navigateur
Vous pouvez configurer votre navigateur pour qu'il accepte tous les cookies envoyés par les sites que vous consultez, pour qu'il rejette systématiquement tous ces cookies ou pour qu'il vous demande à chaque occasion si vous souhaitez ou non les accepter.
Chaque navigateur étant différent, nous vous invitons à consulter l'aide de votre navigateur pour en savoir plus sur la façon de paramétrer l'acceptation des cookies.

Liens
Le Site peut contenir des liens vers d'autres sites que Mlp-cfdt n'exploite pas. Mlp-cfdt ne peut en aucune manière être tenue responsable de la mise à disposition de ces liens permettant l'accès à ces sites et sources externes, et ne peut supporter aucune responsabilité quant aux contenus, publicités, produits, services ou tout autre matériel disponibles sur ou à partir de ces sites ou sources externes qui ne sont ni vérifiés ni approuvés par ses équipes.

Responsabilité
Mlp-cfdt s’engage à assurer tous ses efforts pour offrir des informations actualisées et exactes. Cependant, elle ne saurait être tenue pour responsable d'erreurs, d'omissions ou des résultats qui pourraient être obtenus par un mauvais usage de ces informations.
Mlp-cfdt effectuera les modifications nécessaires, dès que ces erreurs sont portées à sa connaissance ; plus généralement, elle peut modifier, à tout moment, sans préavis, tout ou partie du Site ainsi que ses conditions d'utilisation, sans que sa responsabilité puisse être engagée de ce fait.
Le téléchargement de tous matériels lors de l'utilisation du service est à aux risques et périls de l’utilisateur. Celui-ci est seul responsable pour tout dommage subi par son ordinateur ou toutes pertes de données consécutives à ce téléchargement.
Plus généralement, Mlp-cfdt ne pourra en aucun cas être responsable en cas de dommages directs et/ou indirects résultant de l'utilisation de ce Site.

Disponibilité
Il est techniquement impossible de fournir le Site exempt de tout défaut et ces défauts peuvent conduire à l'indisponibilité temporaire du Site. Le fonctionnement du Site peut être affecté par des événements et/ou des éléments que Mlp-cfdt ne contrôle pas, tels que par exemple, des moyens de transmission et de communication entre Mlp-cfdt, les utilisateurs du Site, les réseaux, les fournisseurs. Mlp-cfdt peut à tout moment, modifier ou interrompre temporairement ou de façon permanente tout ou partie du Site pour effectuer des opérations de maintenance et/ou effectuer des améliorations et/ou des modifications sur le Site. Mlp-cfdt informera, si possible, de chaque modification/interruption des services disponibles sur le Site. Mlp-cfdt n’est pas responsable des conséquences de toute modification, suspension ou interruption du Site.

Intégrateur
FC'réations

Hébergeur
1 and 1

 

© 2018 MLP-CFDT - tous droits réservés